Une demande de référendum a été envoyée à la Municipalité

«Un gym­nase à Echal­lens? Par­lons-en!», tel est le slo­gan du comité référendaire qui s’est con­sti­tué suite à la déci­sion du Con­seil com­mu­nal de ven­dre un ter­rain au Can­ton à Court-Champ pour y con­stru­ire un gym­nase. L’As­so­ci­a­tion pour la Sauve­g­arde d’Echal­lens sou­tien totale­ment cette démarche. 

Lors de la séance durant laque­lle le Con­seil Com­mu­nal a accep­té de ven­dre le ter­rain de Court-Champ au Can­ton pour qu’il y con­stru­ise un gym­nase, un Con­seiller a relevé qu’il n’avait jamais reçu autant d’interpellations de citoyens de toute sa car­rière. Et il a rap­pelé aux éventuels mécon­tents qu’ils avaient tou­jours la pos­si­bil­ité de lancer un référen­dum si la déci­sion du Con­seil com­mu­nal ne leur plai­sait pas.

Eh bien, il a été pris au mot. Dans les dix jours qui ont suivi la séance, un comité référendaire a été con­sti­tué, présidé par l’ancienne Con­seil­lère com­mu­nale Corinne Far­quhar­son, et une demande de référen­dum envoyée à la Munic­i­pal­ité d’Echallens, avec un pro­jet de liste de sig­na­tures, comme c’est l’usage.

Si cette demande sat­is­fait aux exi­gences de la loi, la Munic­i­pal­ité pren­dra acte de son dépôt et autoris­era la récolte des sig­na­tures. Et si, trente jours plus tard, un nom­bre suff­isant de sig­na­tures ─ env­i­ron 600 ─ est récolté, la ques­tion sera posée aux Chal­len­sois: «Acceptez-vous la déci­sion du Con­seil com­mu­nal du 28 mai accep­tant le préavis munic­i­pal No 2 relatif à la vente de frac­tions de la par­celle No 272 à l’Etat de Vaud pour la réal­i­sa­tion du futur Gym­nase d’Echallens et la con­sti­tu­tion d’un droit dis­tinct et per­ma­nent de super­fi­cie pour la créa­tion d’un park­ing en faveur des usagers du gym­nase?»

Don­ner la parole aux Chal­len­sois

Le but des référendaires est clair: pro­pos­er un débat et don­ner la parole aux Chal­len­sois, si pos­si­ble sur la base d’études capa­bles de répon­dre aux ques­tions qui les inquiè­tent: la mobil­ité, la sécu­rité des accès, la cohab­i­ta­tion des gym­nasiens avec les écol­iers du col­lège de Court-Champ et l’impact sur les quartiers riverains ain­si que sur le bourg en général.  Bref, tout ce que les Autorités n’ont pas fait alors que de nom­breuses ques­tions se posent légitime­ment. Or, la vente de la par­celle de Court-Champ au Can­ton fait désor­mais de ce dernier le seul maître à bord pour décider de son devenir et met fin à toute pos­si­bil­ité pour les habi­tants d’Echallens – jamais con­sultés jusque-là mal­gré l’importance du pro­jet – d’être infor­més et de se pronon­cer.

A ce stade, la ques­tion n’est donc pas de savoir si l’on est pour ou con­tre un gym­nase à Echal­lens, mais de savoir si l’on est pour ou con­tre le fait que les Chal­len­sois aient le droit de par­ticiper au débat. En sig­nant la demande de référen­dum, on ne se prononce pas sur l’avenir du gym­nase lui-même, on refuse unique­ment le fait que la par­celle de Court-Champ ait été ven­due au Can­ton sans débat pub­lic.

L’Association pour la sauve­g­arde d’Echallens est con­va­in­cue de l’importance des démarch­es par­tic­i­pa­tives et nous avons déjà pub­lié plusieurs arti­cles sur le gym­nase dans le but d’informer les Chal­len­sois et de per­me­t­tre le débat. C’est pourquoi nous soutenons totale­ment l’action du comité référendaire.

Dès que la récolte des sig­na­tures pour­ra légale­ment débuter, nous vous indi­querons com­ment et où appos­er la vôtre. Que vous soyez pour ou con­tre cette vente, un référen­dum est le seul moyen de savoir démoc­ra­tique­ment ce que veu­lent les habi­tants d’Echallens.

- Corinne Bloch, prési­dente de l’As­so­ci­a­tion pour la Sauve­g­arde d’Echal­lens -

A consulter

Nos arti­cles con­cer­nant le pro­jet de gym­nase

Share This