Gymnase: une votation sans vainqueur

Quel qu’il soit, le résul­tat de la vota­tion du 27 sep­tem­bre prochain con­cer­nant la vente au Can­ton d’un ter­rain à Court-Champ pour y con­stru­ire un gym­nase sera déce­vant. Soit la com­mune d’Echal­lens se ver­ra équipée d’un gym­nase étriqué sur un mau­vais emplace­ment, soit elle devra avouer au Can­ton qu’elle n’a pas réus­si à con­cevoir une vision urban­is­tique digne d’un cen­tre région­al.   

Notre asso­ci­a­tion ne se pronon­cera pas sur la vota­tion du 27 sep­tem­bre prochain con­cer­nant la vente au can­ton d’un ter­rain à Court-Champ pour la con­struc­tion d’un gym­nase. Elle n’encouragera pas les électeurs chal­len­sois à vot­er «pour» ou «con­tre». Com­ment le pour­rait-elle? Ses mem­bres eux-mêmes sont divisés sur la ques­tion. Une ques­tion sen­si­ble, apparem­ment émo­tion­nelle si l’on en croit l’énergie que les deux par­ties – le comité référendaire comme celui qui s’est con­sti­tué en oppo­si­tion à ce dernier – ont mis dans cette querelle.

Nous souhaitions un débat, il a eu lieu, dans la rue, dans la presse, grâce au tra­vail de Corinne Far­quhar­son, la prési­dente du comité référendaire, et de son équipe. Nous souhaitions que la pop­u­la­tion soit con­sultée, grâce à eux, elle le sera. Aux Chal­len­sois, désor­mais, de se pronon­cer sur cette ques­tion com­plexe: oui, un gym­nase serait un plus dans le Gros-de-Vaud, oui, une par­tie des jeunes de la région en béné­ficierait; non, son emplace­ment pro­gram­mé n’est de loin pas idéal; non, il ne dynamis­era pas la vie locale (voir arti­cle et inter­view). Quel sera son impact réel en ter­mes de nui­sances et de béné­fices? Per­son­ne ne le sait vrai­ment. A cha­cun, dès lors, de vot­er au plus près de sa con­science et de ses con­vic­tions.

Au soir du 27 sep­tem­bre prochain, il y aura for­cé­ment des déçus et des heureux, mais quel que soit le résul­tat du scrutin, il n’y aura pas de gag­nants, comme l’exprime un citoyen dans une let­tre ouverte. Au pire les Chal­len­sois auront-ils «man­qué le train du pro­grès», selon la men­ace mainte fois proférée par les par­ti­sans du «oui». Au mieux ver­ront-ils se con­stru­ire un gym­nase qui est déjà un plan B, choisi par défaut et réal­isé à la va-vite, sans réflex­ion glob­ale. L’historique des déci­sions com­mu­nales qui ont mené à cette sit­u­a­tion en témoigne, comme le rap­pelait récem­ment un habi­tant d’Echallens dans le cour­ri­er des lecteurs du quo­ti­di­en 24 Heures. Non, il n’y aura pas de gag­nants, à part peut-être le Can­ton.

Ce qu’il fau­dra toute­fois retenir de cette affaire – les cour­ri­ers que nous pub­lions s’en font l’écho, c’est la décep­tion d’une par­tie des citoyens face à ce manque de vision urban­is­tique et, par-là même, de prise en compte des réal­ités liées à leur qual­ité de vie. C’est aus­si l’engouement des Chal­len­sois pour la démarche par­tic­i­pa­tive – 950 sig­na­tures récoltées, ce n’est pas rien! Ce d’autant que les opposants au gym­nase à Court-Champ ne sont pas les seuls à avoir soutenu le référen­dum; d’autres, pour­tant favor­ables au pro­jet, l’ont signé au motif que les Chal­len­sois ont le droit d’être infor­més et con­sultés.

Une prise en compte des réal­ités citoyennes, celles des riverains, des usagers de la route ou des trans­ports publics, des pié­tons et des cyclistes, une meilleure vision urban­is­tique et glob­ale du développe­ment d’Echallens et davan­tage d’écoute et de démarch­es par­tic­i­pa­tives, c’est pré­cisé­ment ce que revendique notre asso­ci­a­tion depuis sa créa­tion. Les oppo­si­tions col­lec­tives, plus poli­tiques que tech­niques, que nous avons for­mulées con­tre les pro­jets de con­struc­tions au Grésa­ley et au Crépon n’avaient pas d’autres buts que de ren­dre nos autorités atten­tives à ces ques­tions. Elles ont été bal­ayées.

Quel que soit le résul­tat du référen­dum du 27 sep­tem­bre, il aura au moins per­mis aux Chal­len­sois de lancer un mes­sage fort en faveur d’un développe­ment plus réfléchi et d’une gou­ver­nance plus trans­par­ente.

Si nos autorités savent l’entendre, alors la prochaine fois peut-être serons-nous tous gag­nants.

- Corinne Bloch -
Prési­dente de l’As­so­ci­a­tion pour la Sauve­g­arde d’Echal­lens 

Nos dernier articles sur le sujet

Gym­nase: quelles retombées sur la dynamique du bourg? «Aucunes», selon les com­merçants pay­er­nois

«Le bud­get moyen d’un gym­nasien est de 10 francs par jour, pas de quoi manger en ville!»

Une occa­sion man­quée

Un gym­nase à Echal­lens, débat faussé!

Pro­por­tion­nelle­ment à sa pop­u­la­tion et à sa taille, Echal­lens accueillera le plus grand gym­nase du can­ton

 

Share This