Gymnase à Echallens: Pascal Broulis ou l’art d’arranger la réalité

Après le dis­cours quelque peu approx­i­matif d’un Pas­cal Broulis empressé mais con­va­in­cant, le Grand Con­seil vau­dois a voté cet après-midi, qua­si­ment à l’u­na­nim­ité et sans grande réflex­ion, l’achat du ter­rain de Court-Champ pour y con­stru­ire un gym­nase. Il dépen­dra main­tenant du Con­seil com­mu­nal chal­len­sois de pren­dre, ou pas, la déci­sion de le ven­dre. 

Le Grand Con­seil vau­dois, réu­ni à Yver­don, votait cet après-midi l’achat du ter­rain de Court-Champ, à Echal­lens, pour y con­stru­ire un gym­nase. Un décret qui a passé comme une let­tre à la poste.

Seule une poignée de députés bien avisés ont relevé les évi­dents prob­lèmes de mobil­ité que pose le site de Court-Champ, le manque d’études actuelles sur la ques­tion et la néces­sité d’ouvrir le débat avec les citoyens. Face à ces inter­pel­la­tions, le Con­seiller d’Etat Pas­cal Broulis s’est fendu d’un petit dis­cours quelque peu fal­lac­i­eux. Apparem­ment très désireux de voir un gym­nase se con­stru­ire à Echal­lens, il n’a pas hésité à arranger la réal­ité à sa con­ve­nance.

Ceux qui doutaient que les habi­tants d’Echallens aient été enten­dus ont ain­si appris de la bouche du Con­seiller d’Etat que l’approche du can­ton n’avait pas seule­ment été « par­tic­i­pa­tive, mais même ULTRA par­tic­i­pa­tive ». A l’entendre, on aurait presque pu croire que le pro­jet avait été déplacé des Trois-Sap­ins à Court-Champ sur l’insistance de Chal­len­sois déplo­rant la dis­tance à pied que les gym­nasiens auraient eu à par­courir si le pro­jet avait été réal­isé au nord-est de la com­mune. Alors qu’en réal­ité, les citoyens n’ont jamais été con­sultés. Il est vrai que M. Broulis a égale­ment évo­qué, sur un ton quelque peu agacé, le fait qu’après de fort nom­breuses ren­con­tres avec la Com­mune, celle-ci avait décidé de chang­er l’affectation du ter­rain des Trois-Sap­ins, ce «champ de pommes de terre devenu con­structible avant d’être finale­ment remanié».

Un quartier «nu», vraiment?

Il sem­ble d’autre part que M. Broulis n’ait jamais vis­ité le site de Court-Champ. Car n’eusse été l’importance de l’enjeu pour la qual­ité de vie des Chal­len­sois, il aurait été presque drôle de l’entendre dire – sans qu’aucun des députés de la région ne le con­tre­dise – que le pro­jet de gym­nase était prévu dans un quarti­er aujourd’hui qua­si­ment «nu». Nu? Vrai­ment? La zone est au con­traire occupée par des quartiers rési­den­tiels, un col­lège accueil­lant déjà 800 élèves et bien­tôt un éco­quarti­er de près de milles habi­tants. Comme quoi, la nudité est un con­cept très relatif.

Enfin, en réponse à l’intervention d’un député qui s’interrogeait sur la mobil­ité en prenant pour exem­ple le gym­nase de Buri­er con­fron­té à de graves lacunes en ter­mes de sécu­rité des accès, le Con­seiller d’Etat a expliqué que l’établissement de la Tour-de-Peilz – au con­traire de celui prévu à Echal­lens – était «trop gros». «Or nous savons main­tenant qu’il n’est pas recom­mandé de con­cen­tr­er trop d’élèves au même endroit!», a‑t-il affir­mé en faisant l’impasse sur le fait que le gym­nase chal­len­sois sera accolé au Col­lège de Court-Champ, et que tous deux représen­teront, dès lors, une con­cen­tra­tion de près de 2000 élèves, soit 400 de plus que celui de Buri­er!

Et Pas­cal Broulis de con­clure sur le fait que notre région «mérite un gym­nase». Oui, notre région mérite bien un gym­nase. Mais pas n’importe où, ni n’importe com­ment. Notre ville aurait surtout mérité un peu plus d’attention et de réflex­ion de la part des députés vau­dois. Car s’il est un fait qui a été évo­qué cet après-midi au Grand-Con­seil et que per­son­ne n’a con­testé, c’est qu’un pro­jet d’une telle enver­gure au cen­tre d’Echallens allait trans­former notre bourg à jamais.

- Corinne Bloch -

Lire aussi concernant le gymnase

Let­tre ouverte aux Con­seil­lères et aux Con­seillers com­mu­naux d’Echallens

«Ce gym­nase sera utile à des étu­di­ants de toute la région du Gros-de-Vaud»

Le jour où le Con­seil com­mu­nal a ren­du impos­si­ble la con­struc­tion du gym­nase aux Trois-Sap­ins

Réfléchir plus tard, c’est réfléchir trop tard!

T’es d’Echallens si… tu t’interroges sur le futur gym­nase

Share This