«Ce gymnase sera utile à des étudiants de toute la région du Gros-de-Vaud»

La Chal­len­soise Anne-Lau­re Bot­teron a présidé la com­mis­sion du Grand Con­seil vau­dois chargée d’examiner le pro­jet de con­struc­tion d’un gym­nase à Court-Champ, sur la com­mune d’Echallens. Elle y est favor­able, même si la com­mis­sion n’a pas abor­dé dans le détail cer­tains points, comme les éventuels prob­lèmes de mobil­ité ou le fait que ce nou­veau gym­nase serait con­stru­it dans une zone en par­tie rési­den­tielle.

Anne-Lau­re Bot­teron est mem­bre du Con­seil com­mu­nal d’Echallens, où elle siège au sein du groupe SVI (Social­istes, Verts et indépen­dants). A ce titre, elle devra, avec les autres con­seillers com­mu­naux, se pronon­cer le 28 mai prochain sur la propo­si­tion faite par la Munic­i­pal­ité de ven­dre au Can­ton de Vaud un ter­rain à Court-Champ pour y con­stru­ire un gym­nase.

Elle est égale­ment députée Verte au Grand Con­seil vau­dois et a présidé la com­mis­sion ad hoc chargée de l’examen de ce pro­jet de gym­nase à Court-Champ. Le com­mu­niqué offi­ciel explique: «Out­re les ques­tions finan­cières, les com­mis­saires se sont notam­ment intéressés: au choix du nou­veau site, aux stan­dards de sur­faces (qui prévoient une aug­men­ta­tion des sur­faces de cer­taines class­es), aux ques­tions de mobil­ité, à la mise à dis­po­si­tion du bâti­ment en deux temps, aux taux d’adhésion aux études gym­nasiales des jeunes selon les régions, à la mise en place d’infrastructures (ter­rains de sport, places de parc, etc.) ou encore aux rela­tions qu’entretient le Can­ton avec la com­mune d’Echallens dans le cadre de ce dossier com­plexe.»

Con­va­in­cus que cette prob­lé­ma­tique néces­site un débat démoc­ra­tique à Echal­lens, il nous a sem­blé intéres­sant d’interviewer Anne-Lau­re Bot­teron. «Je veux bien répon­dre à quelques ques­tions si elles sont plutôt tech­niques et con­cer­nent plus le Grand Con­seil que le développe­ment d’Echallens», a‑t-elle pré­cisé. Elle a égale­ment demandé que nous lui envoyions nos ques­tions pour pou­voir y répon­dre par écrit.

Quels sont, dans les grandes lignes, les prin­ci­pales raisons qui font que la com­mis­sion que vous avez présidée s’est déclarée favor­able à la con­struc­tion d’un gym­nase à Court-Champ?

Le can­ton a besoin d’un nou­veau gym­nase, car avec l’augmentation de la pop­u­la­tion, la demande pour ce genre d’étude aug­mente égale­ment. Il appa­raît que cette demande est impor­tante égale­ment dans le Gros-de-Vaud, Echal­lens (en tant que chef-lieu du dis­trict) est donc l’option pro­posée par le Con­seil d’Etat. Par ailleurs, les élèves du Gros-de-Vaud n’auront pas besoin de se déplac­er dans l’agglomération lau­san­noise ou à Yver­don, ceci lim­it­era le traf­ic indi­vidu­el motorisé et l’utilisation des trans­ports publics en direc­tion de Lau­sanne. De plus, les habi­tants d’Echallens pour­ront accéder toute l’année aux ter­rains de sport et autres infra­struc­tures (aula, etc.).

Com­bi­en il y a‑t-il aujourd’hui de gym­nasiens chal­len­sois?

Nous ne nous sommes pas posé la ques­tion en com­mis­sion, car ce gym­nase sera utile à des étu­di­ants de toute la région du Gros-de-Vaud. Je me suis ren­seignée, il y a actuelle­ment 179 élèves d’Echallens dans les gym­nas­es vau­dois ain­si que cinq adultes qui suiv­ent la classe passerelle à Cham­b­landes.

«Les études de mobilité en général seront conduites après l’acceptation par le Grand Conseil du décret de 5 800 000 francs»

La com­mis­sion a‑t-elle con­sid­éré que la gare d’Echallens et le pas­sage souter­rain qui y mène depuis le futur gym­nase sont adap­tés ou pense-t-elle qu’il fau­dra entre­pren­dre des travaux?

La com­mis­sion n’a pas abor­dé ce point en par­ti­c­uli­er et les études de mobil­ité en général seront con­duites après l’acceptation par le Grand Con­seil du décret de 5 800 000 francs ser­vant à financer les études rel­a­tives à la con­struc­tion du futur gym­nase d’Echallens.

S’il faut entre­pren­dre des travaux d’aménagement de la gare et de ses infra­struc­tures, le can­ton les pren­dra-t-il à sa charge?

La com­mis­sion n’a pas abor­dé ce point. Toute­fois, il sem­ble prob­a­ble que le Can­ton et même la Con­fédéra­tion par­ticipent aux frais de ces travaux.

La com­mis­sion sait-elle com­ment les futurs étu­di­ants vont rejoin­dre le gym­nase? Com­bi­en utilis­eront le train, une voiture ou une moto, un bus, un vélo? Com­bi­en vien­dront à pieds?

La com­mis­sion s’est inquiétée de cette prob­lé­ma­tique, toute­fois l’étude de mobil­ité sera con­duite une fois que le crédit de 5 800 000 francs con­cer­nant les dif­férentes études d’implantation du gym­nase sera voté. Nous aurons plus d’informations à ce sujet lorsque le Grand Con­seil se saisira du futur EMPD deman­dant un crédit pour la con­struc­tion en tant que telle du gym­nase.

Les dimen­sions du gym­nase sont-elles déjà définies? Notam­ment le nom­bre d’étages…

Oui, la par­celle con­cernée par la con­struc­tion, à savoir la par­celle ouest n°272, est lim­itée à 3 étages et la con­struc­tion est lim­itée à 12 mètres de hau­teur.

Lorsqu’il sera pro­prié­taire du ter­rain, le Can­ton n’a-t-il pas la pos­si­bil­ité de met­tre en œuvre un PAC (Plan d’af­fec­ta­tion can­ton­al) et aug­menter la hau­teur, par exem­ple?

J’ai posé la ques­tion au Can­ton, voilà sa réponse: «Le site se trou­ve en zone d’utilité publique, inscrit dans le Plan d’extension zone de la gare (18.04.1984) et Plan par­tiel d’affectation “Record-au Crépon”, 20.11.2000. Notre pro­jet de gym­nase et ses infra­struc­tures annex­es respecte en tous points les règle­ments. Il n’était donc pas néces­saire d’affecter ce site par la voie d’un Plan d’affectation can­ton­al (PAC). Nous allons utilis­er la hau­teur max­i­mum autorisée, soit 12.0 ml. Par un PAC, qui deman­derait éventuelle­ment de con­stru­ire plus haut, nous enreg­istre­ri­ons à coup sûr des oppo­si­tions des voisins, oppo­si­tions qui retarderaient sans nul doute l’opération. Par ailleurs, l’objectif est égale­ment de respecter la jauge d’utilisateurs, soit entre 1000 et 1200 élèves et notre pro­jet per­me­t­tra 1144 élèves. Un PAC n’apporterait rien de plus, sachant que les besoins du bassin de pop­u­la­tion qui ali­mentera le futur gym­nase, seront cou­verts par le pro­jet.»

La com­mis­sion a‑t-elle jugé que l’impossibilité future d’agrandir le bâti­ment en longueur et en largeur n’était pas un prob­lème?

Nous n’avons pas abor­dé ce point en com­mis­sion. Cette dis­cus­sion devra avoir lieu au Grand con­seil, dans plusieurs années, si effec­tive­ment une aug­men­ta­tion est néces­saire. Mais ce n’est claire­ment pas à l’ordre du jour actuelle­ment. De plus, il a été con­staté sur d’autres sites dédiés aux études gym­nasiales qu’il y avait une taille cri­tique à ne pas dépass­er.

«Le Canton est conscient de la problématique et sera attentif
à ce que la cohabitation entre les différents élèves se passe bien
»

La com­mis­sion a‑t-elle pris en compte les dif­férents aspects de la cohab­i­ta­tion entre des élèves du pri­maire et des élèves du post-oblig­a­toire que va induire la con­struc­tion du gym­nase à Court-Champ?

Oui, la com­mis­sion a posé la ques­tion. Le Can­ton est con­scient de la prob­lé­ma­tique et sera atten­tif à ce que la cohab­i­ta­tion entre les dif­férents élèves se passe bien.

A‑t-elle pris en compte le fait que le gym­nase sera con­stru­it dans une zone en par­tie rési­den­tielle?

La com­mis­sion n’a pas abor­dé cet aspect.

Le débat a été nour­rit, lit-on dans le com­mu­niqué offi­ciel. La com­mis­sion a‑t-elle évo­qué des aspects négat­ifs pour ce pro­jet?

Oui, le fait que le ter­rain soit morcelé en deux espaces dis­tincts a été cri­tiqué et il a été demandé à ce qu’une atten­tion par­ti­c­ulière soit portée à cet aspect afin que la cohab­i­ta­tion entre tous (élèves, riverains, etc.) se passe bien. La mobil­ité a égale­ment été un sujet de préoc­cu­pa­tion.

La com­mis­sion a donc évo­qué l’influence sur la cir­cu­la­tion auto­mo­bile, sur la route can­tonale et au chemin du Grand-Record, que va avoir le futur gym­nase?

Oui, mais là aus­si il fau­dra atten­dre les résul­tats de l’étude qui sera faite dans un deux­ième temps et qui sera débattue lors du crédit de con­struc­tion voté par le Grand Con­seil.

Le Con­seil com­mu­nal d’Echallens doit vot­er la vente de trois par­celles pour un mon­tant total de 3 960 000 francs. Le can­ton demande un crédit d’investissement de 6 360 000 francs pour financer l’achat d’un ter­rain à Court-Champs. Cela fait une dif­férence de 2 400 000 francs. A quoi cor­re­spond cette dif­férence?     

La com­mune ayant déjà réal­isé dif­férentes études qui con­cer­nent cette zone et ayant déjà réal­isé dif­férentes infra­struc­tures comme la rampe d’accès en direc­tion du chemin de Court-Champ ou des travaux pour réalis­er le park­ing actuel, l’Etat de Vaud doit com­penser par­tielle­ment ces frais déjà engagés par la com­mune.

Pro­pos recueil­lis par Patrick Mori­er-Genoud

A consulter

Le com­mu­niqué offi­ciel de la com­mis­sion présidée par Anne-Lau­re Bot­teron: gym­nase-dechal­lens-la-com­mis­sion-adopte-a-luna­nimite-trois-decrets-per­me­t­tant-lavancee-du-pro­je

Le rap­port com­plet de la com­mis­sion: 210_RC

L’EMPD (Exposé des motifs et pro­jets de décrets) du can­ton de Vaud con­cer­nant le pro­jet du gym­nase

Share This