Le LEB, ce train qui relie si mal Echallens à Lausanne

Lun­di soir, la munic­i­pal­ité présente le pro­jet d’ecoquartier «Record – au Crépon-Est». Com­ment les futurs nou­veaux habi­tant fer­ont-ils pour rejoin­dre Lau­sanne: avec un train qui ne fonc­tionne pas ou en bra­vant les embouteil­lages?  

Nous nous sommes retrou­vés dans un bus, route de Genève, à Lau­sanne. Quelques Chal­len­sois se deman­dant quand et com­ment ils allaient rejoin­dre leurs pénates. Il était 21h45, il fai­sait nuit, froid et il pleu­vait. Je reve­nais de Genève où j’avais tra­vail­lé, eux d’une soirée entre amis.

Il avait d’abord fal­lu trou­ver ce bus. A la gare du LEB, au Flon, la seule indi­ca­tion sig­nalait un train à 23h55. Par le biais de mon télé­phone portable, j’ai con­sulté le site des CFF, qui annonçait que le tra­jet de Lau­sanne à Echal­lens serait assuré par un bus par­tant de la Place de l’Europe à 22h15. Rien à voir avec l’horaire offi­ciel du LEB, rien à voir avec les promess­es faites ces dernières années de la trans­for­ma­tion de la Brou­ette en un RER avec un train toutes les 15 min­utes pour reli­er Lau­sanne à Echal­lens et vice-ver­sa.

Ce soir-là, nous avons bien sûr fini par rejoin­dre nos pénates, mais durant le tra­jet cha­cun se demandait si un jour une liai­son fer­rovi­aire nor­male serait rétablie entre la cap­i­tale vau­doise et le chef-lieu du Gros-de-Vaud.

Une organisation absurde

Quelques jours plus tôt, une autre mésaven­ture m’était arrivée: à la gare LEB du Flon, il était annon­cé qu’il n’y avait plus de train, qu’il fal­lait pren­dre le bus 9 jusqu’à Mon­té­tan où retrou­ver ensuite la Brou­ette. Le bus s’était arrêté à Chaud­eron, il avait fal­lu en pren­dre un autre jusqu’à Mon­té­tan, d’où finale­ment le train avait ramené tous les pas­sagers à… la gare du Flon, avant de repar­tir pour Echal­lens.

Des anec­dotes comme celle-ci, vous en trou­verez en pagaille sur la page Face­book «LEB, la ligne «verte» de tous les soucis». Cela fait plusieurs années que la ligne dys­fonc­tionne, que la direc­tion des TL – qui assure aus­si celle du LEB* – fait des promess­es non-tenues aux usagers.

Echal­lens se développe, devient une petite ville, accueille sans cesse de nou­veaux habi­tants, lesquels subis­sent quo­ti­di­en­nement des bou­chons routiers et un trans­port pub­lic très prob­lé­ma­tique.

Le 18 novem­bre, la Munic­i­pal­ité présente aux Chal­len­sois** le pro­jet d’ecoquartier «Record – au Crépon-Est». Il est prévu d’y accueil­lir, je crois,  quelques huit cents nou­veaux habi­tants. Que vont-ils choisir pour se ren­dre à Lau­sanne? Les embouteil­lages ou un LEB défail­lant? Charybde ou Scyl­la?

Patrick Mori­er-Genoud

*Comme l’Etat de Vaud et d’autres com­munes, Echal­lens est action­naire du LEB. Que pensent nos Autorités de cette sit­u­a­tion cat­a­strophique?

**19h30, Aula du Col­lège des Trois Sap­ins

Share This